Le sexe comme axe de rotation.

Par Michiyo Kamei

« C’est un plaisir de pouvoir échanger des techniques, des expressions et des idées au niveau international au sein du DF Art Project. Ce sont les humains et le monde dans lequel nous vivons qui m’intéressent. On nous promet une mort… Nous avons un corps et vivons avec le mystère de la vie. J’espère que mes dessins dévoilent ces différents mystères et font ressentir au spectateur l’éternité de la vie.

J’utilise l’encre et le papier japonais ainsi que de la peinture de roche concassée, ce médium unique au Japon est à base d’eau et de colle. L’encre suinte dans l’eau et se propage librement, ce qui est difficile à contrôler. La composition prend forme en fonction du mouvement de l’encre et des lignes contrôlées. Je pense que le travail est un lieu où se rencontrent l’accidentel et l’inévitable.

Michiyo Kamei, Longing for soaring, 2019, encre sur papier, 162 cm x 194 cm.

J’ai étudié l’anatomie à la faculté de médecine de l’Université médicale et dentaire de Tokyo. J’utilise des graphiques anatomiques et des « Shunga » (gravures érotique japonaises) comme motifs. De cette façon, je cherche à dessiner un espace de peinture en reliant l’intérieur et l’extérieur du corps.  Je pense que c’est un concept similaire au mandala dans l’art bouddhiste. Pour moi, l’expression sexuelle y est absolument nécessaire. Parce que la vie naît et se perpétue à travers le sexe. J’ai cette image de la vie et de la mort qui se
répètent à jamais avec le sexe comme axe de rotation. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *